Maladies non Transmissibles

Maladies chroniques et maladies du mode de vie


Les maladies chroniques sont un défi sans cesse plus grand pour tous les systèmes de santé. Mis à part les maladies chroniques liées à une infection, bon nombre de  maladies non transmissibles (MNT), principalement les maladies cardiovasculaires, les cancers,  le diabète, l’obésité, les maladies respiratoires chroniques, les maladies musculo-squelettiques et les troubles mentaux , menacent sérieusement la santé et le développement des humains dans le monde actuel. Statistiquement, ces facteurs de MNT sont les causes majeures de décès dans le monde. Les maladies non transmissibles résultent d’une combinaison de divers facteurs génétiques, environnementaux et en particulier des facteurs de mode de vie dont le tabac, l’abus d’alcool, la mauvaise alimentation et l’inactivité physique. Les MNT prévalent souvent dans les populations et les régions défavorisées et  représentent un obstacle majeur au développement économique de nombreux pays.

Le fardeau  des maladies liées aux MNT est souvent multiple et chronique et les souffrances de l’individu importantes. Seule une approche collaborative et holistique, basée sur les soins primaires,  peut être efficace. L’AMM plaide en faveur d’une approche complète liant les facteurs de risques individuels aux déterminants sociaux et économiques de la santé, aux conditions de naissance, de croissance, de vie, de travail et de vieillissement et à l’impact sociétal. A partir de là les états membres doivent s’attaquer aux MNT conjointement aux DSS et aux maladies transmissibles et non pas en les isolant, dans une approche verticale.

Contrôle du tabac

Le tabac est une cause majeure et évitable de décès dans le monde. Il provoque plusieurs millions de morts chaque année dans le monde. La consommation de tabac affecte tous les organes, est un facteurs de risques pour six des huit causes principales de décès dans le monde.

Le tabagisme passif est également dangereux pour la santé et provoque des maladies cardiaques et de nombreuses maladies respiratoires et cardiovasculaires chez les adultes pouvant s’avérer létales. On estime que 700 millions d’enfants, soit presque la moitié des enfants dans le monde, respirent un air pollué par le tabac, en particulier à la maison. Toute exposition au tabagisme passif présente un danger ; uniquement un environnement totalement  sans fumeur garantit une totale protection.

Les médecins en tant que personnes respectées et fiables peuvent  contribuer à l’arrêt du tabac en éduquant et en sensibilisant les patients au cours des consultations.

Pendant la période difficile d’arrêt du tabac les médecins peuvent proposer une aide régulière aux patients, un traitement pharmacologique et une prophylaxie de récidive. Ces actions favorisent à raison de 15-20% l’arrêt du tabac.

Alcool et santé

En dépit des conséquences délétères de l’usage nocif de l’alcool sur les plans social, économique et sanitaire, la consommation d’alcool reste un phénomène commun au niveau mondial. Les degrés de consommation varient en fonction du développement économique, des normes culturelles, de la disponibilité de l’alcool et de la législation y afférente. Par exemple, la consommation d’alcool est plus importante et les épisodes d’alcoolisation excessive plus nombreux dans les pays bénéficiant de revenus élevés. Il n’en demeure pas moins que les effets de l’usage nocif de l’alcool sont connus dans le monde entier. De fait, la consommation d’alcool a contribué à près de 6 % de l’ensemble des décès au niveau mondial en 2012, notamment parce que l’alcool est un facteur significatif de maladies non transmissibles, telles que les maladies cardiovasculaires et certains cancers, en plus d’être à l’origine de nombreux accidents et de violences ayant occasionné des blessures (OMS, 2015).

L’AMM est consciente des effets délétères d’une consommation excessive d’alcool et elle s’évertue à agir pour réduire cette consommation, tout en appuyant ses membres dans leurs efforts pour favoriser des politiques de réduction des risques, comme en témoignent sa prise de position concernant la réduction de l’impact de l’alcoolisme sur la santé et la société dans le monde et sa déclaration sur l’alcool. Lors du Forum de l’OMS consacré à l’alcool, aux drogues et aux conduites addictives qui s’est tenu en juillet 2017, l’AMM a pris position en faveur de politiques visant spécifiquement la consommation d’alcool et renforçant les systèmes de santé afin de réduire la mortalité et la morbidité liées à l’alcool.

Traiter des problèmes liés aux MNT

Le renforcement des systèmes  de santé et des mesures préventives efficaces face aux maladies en général contribueraient à améliorer les soins de santé en général et donc à améliorer le traitement aussi des maladies non transmissibles que transmissibles.

C’est pourquoi l’AMM a rédigé les messages clés suivants concernant la prise en charge de l’épidémie de MNT. L’AMM encourage:

– l’adoption d’une approche holistique basée sur les facteurs de risques fréquents. Cette approche s’appliquerait de manière identique aux maladies transmissibles.

– Le focus sur un accès équitable aux soins de santé en tant que droit humain afin de lutter contre les grandes disparités au sein d’un même pays et entre les différents pays.