Prise de position de l’AMM sur les épidémies et pandémies


Adoptée par la 68ème Assemblée Générale de l’AMM à Chicago, octobre 2017

 

PREAMBULE

1.      L’histoire démontre que de nouvelles maladies peuvent émerger et d’anciennes resurgir sans que l’on puisse les prévoir. Les déplacements rapides des personnes et des biens à travers le monde entraînent la propagation des infections à un rythme sans précédent. Les systèmes de santé doivent alors relever le défi et réagir en temps utile. L’identification rapide et la réaction appropriée à de telles épidémies ou pandémies doivent être le souci de tous les pays, avec une communication et une collaboration efficaces entre eux.

2.      Les épidémies peuvent être provoquées par toute une série d’agents infectieux aux méthodes de transmission différentes. Ces maladies peuvent s’autolimiter, s’accompagner de peu de symptômes manifestes ou avoir des conséquences à court ou à long terme, parfois graves. Des pathologies relativement mineures seront éventuellement mortelles pour certains individus vulnérables. Les personnes âgées et les très jeunes enfants, ainsi que ceux dont l’immunité est compromise en font partie.

3.      Investir dans les systèmes de santé publique améliorera la capacité à détecter et à contenir efficacement des épidémies rares ou inhabituelles. Les services de santé publique essentiels sont nécessaires pour dépister, enquêter et réagir à toutes les épidémies. Un programme de surveillance mondial plus efficace permettra de mieux réagir face aux maladies infectieuses, de mieux détecter et identifier de nouvelles maladies ou des maladies émergentes. Les épidémies et pandémies se propagent potentiellement plus vite dans les pays où les systèmes de santé publique sont systématiquement sous-financés et sous-développés.

 

RECOMMANDATIONS

OSM et les gouvernements nationaux

4.          L’Organisation mondiale de la santé (OMS) est chargée de coordonner la réponse internationale aux épidémies et pandémies. Elle a établi des phases permettant une approche progressive à la préparation, à la planification et à la réponse face à une épidémie évolutive. L’AMM fait les recommandations suivantes :

4.1    L’OMS devrait s’assurer du recueil de l’ensemble des données sur le développement des maladies infectieuses et leur propagation et de la coopération avec les organisations humanitaires et non gouvernementales ainsi qu’avec les gouvernements locaux et nationaux qui suivent la situation dans des zones où la documentation est limitée. Un système mondial de recueil des données et de surveillance est essentiel pour dépister les maladies infectieuses et leurs conséquences.

4.2       L’OMS devrait travailler étroitement avec les centres de contrôle des maladies d’Atlanta et d’Europe (CDC et CDC-E) et leurs homologues nationaux, ainsi qu’avec d’autres agences de santé publique régionales afin d’analyser les rapports sur les modifications des modèles pathologiques et de déclarer les épidémies et pandémies dès leur identification. L’émergence et l’identification peuvent se dérouler sur des échelles de temps différentes.

4.3       L’OMS et d’autres devraient travailler avec les gouvernements nationaux et les groupements internationaux de gouvernements afin de coordonner les réponses aux maladies infectieuses émergentes et ré-émergentes.

4.4    L’OMS devrait collaborer avec les Associations médicales nationales et les autres autorités sanitaires afin d’assurer la mise à disposition de données cliniques précises et actualisées auprès des médecins et des prestataires de soins.

4.5       Au moment de l’émergence ou de la réapparition d’infections, l’OMS et d’autres agences des Nations unies doivent veiller à la mise à disposition d’informations faciles à comprendre et dans la langue locale auprès de toutes les personnes des zones touchées, en travaillant avec les gouvernements et d’autres partenaires. Il convient que les populations reçoivent notamment des informations sur la prévention des maladies et les pratiques optimales d’hygiène et de prévention des infections.

4.6       Lorsque les maladies provoquent des anomalies congénitales, les gouvernements doivent apporter un soutien aux familles touchées.

4.7    Il conviendrait de créer un groupe de spécialistes de la santé publique à même d’apporter une aide au cours d’une urgence sanitaire et obtenir le soutien de tous les gouvernements.

Ces spécialistes et d’autres médecins devraient être préparés à se mettre à la disposition de la lutte contre toute épidémie, en fonction de leurs compétences.

 

Associations médicales nationales (AMN)

5.1    Les AMN devraient clairement identifier leurs responsabilités au cours d’une épidémie ainsi que l’ampleur de leur participation dans leur processus de planification nationale des épidémies. Ces responsabilités devraient inclure la communication des informations vitales au public et notamment aux professionnels de santé.

5.2    Le cas échéant, les AMN devraient proposer des formations et des outils d’assistance clinique aux médecins et aux associations médicales régionales, en travaillant avec les autorités sanitaires et les établissements de formation.

5.3    Les AMN devraient être préparées à plaider pour un financement adéquat de leur gouvernement, qui serait destiné à soutenir la main d’œuvre sanitaire et à se préparer à une épidémie.

 

Médecins

6.1    Les médecins devraient être suffisamment formés sur les risques de transmission, sur le contrôle des infections et sur la gestion concomitante des maladies chroniques au cours d’une épidémie.

6.2    Les médecins étant les premiers à intervenir, ils doivent demeurer impliqués dans la planification locale des épidémies, à toutes les étapes de la lutte contre les épidémies.

6.3    Les médecins devraient prendre toutes les mesures nécessaires pour protéger leur propre santé et celle de leur personnel et de leurs collègues.

6.4    Les médecins doivent aider au recueil de données de base qui permettent de réaliser le suivi de l’épidémie, tout en préservant la confidentialité de ces informations et en protégeant les personnes vulnérables.

 

Épidémie, Infection, Maladie, Maladie infectieuse, Pandémie

Résolution du Conseil de l'AMM sur l’interdiction des armes nucléaires

Adoptée par la 209ème session du Conseil de l'AMM, Riga, Avril 2...