Prise de Position de l’AMM sur les Armes Nucléaires


Adoptée par la 50e Assemblée Médicale Mondiale Ottawa, Canada, Octobre 1998
Amendée par la 59e Assemblée Générale de l’AMM, Séoul, Corée, Octobre 2008, et par la 66ème Assemblée Générale, Moscou, Russie, octobre 2015
et révisée par la 69ème Assemblée Générale de l’AMM à Reykjavik, Islande, octobre 2018

Préambule

Les Déclarations de Genève, d’Helsinki et de Tokyo de l’AMM énoncent clairement les devoirs et responsabilités de la profession médicale quant à la préservation et à la sauvegarde de la santé du patient ainsi qu’à son engagement au service de l’humanité. Dès lors, et à la lumière des conséquences humaines catastrophiques d’un éventuel recours aux armes nucléaires et de l’impossibilité de leur apporter une réponse sanitaire et humanitaire significative, l’AMM estime qu’il est de son devoir de travailler à l’élimination des armes nucléaires. La réalisation d’un monde sans armes nucléaires constitue une nécessité.

RECOMMANDATIONS

Par conséquent, l’AMM :

  1. Condamne la mise au point, les tests, la production, le stockage, le transfert, le déploiement, la menace d’utilisation et l’emploi des armes nucléaires ;
  2. Demande à tous les gouvernements de s’abstenir de développer, de tester, de produire, de stocker, de transférer, de déployer, de menacer d’utiliser et d’employer des armes nucléaires et d’œuvrer en toute bonne foi à leur élimination ;
  3. Fait observer à tous les gouvernements que même une guerre nucléaire limitée entraînerait d’immenses souffrances humaines et un grand nombre de morts avec des effets catastrophiques sur l’écosystème de la Terre, ce qui en conséquence raréfierait l’approvisionnement alimentaire mondial et ferait courir un risque de famine à une grande partie de la population de la planète ;
  4. Exprime sa vive préoccupation face aux programmes de conservation indéfinie et de modernisation des arsenaux nucléaires, à l’absence de progrès des États nucléaires en matière de désarmement et au danger croissant de guerre nucléaire qu’elle soit volontaire, y compris par cyberattaque, accidentelle ou causée par une négligence ;
  5. Salue l’adoption du traité sur l’interdiction des armes nucléaires et rejoint les autres membres de la communauté internationale, notamment le Mouvement international de la Croix-Rouge et du Croissant rouge, l’association internationale des médecins pour la prévention de la guerre nucléaire, la Campagne internationale pour abolir les armes nucléaires et une large majorité d’États membres pour appeler, en qualité de médecins, tous les États à signer, ratifier ou rejoindre et à mettre en œuvre en toute bonne foi le traité sur l’interdiction des armes nucléaires, et ce dans les plus brefs délais ;
  6. Demande à toutes les associations médicales nationales de se joindre à l’AMM afin de soutenir cette déclaration, d’utiliser les ressources pédagogiques existantes pour sensibiliser le grand public et d’inciter leurs gouvernements respectifs à œuvrer pour l’élimination des armes nucléaires y compris par l’adhésion et la mise en application du traité sur l’interdiction des armes nucléaires.
Prise de position
Déploiement, Développement, Guerre nucléaire, Test