Prise de Position de l’AMM sur la Boxe


Adoptée par la 35e Assemblée Médicale Mondiale, Venise, Italie, Octobre 1983
et révisée par la 170e Session du Conseil, Divonne-les-Bains, France, Mai 2005
et par la 68ème Assemblée générale, Chicago, Etats-Unis, Octobre 2017

 

1. La boxe est un sport dangereux. Contrairement à la plupart des autres sports, elle a pour objectif premier d’infliger un dommage corporel à l’adversaire. Le principal argument contre la boxe est qu’elle peut provoquer une encéphalopathie traumatique chronique (ETC), également connue sous le nom de lésions cérébrales traumatiques ou encore encéphalite traumatique pugiliste ou démence pugiliste. Les coups reçus à la boxe peuvent également causer des fractures ou conduire à la perte de la vision ou de l’audition. Des études ont montré que la boxe cause, à court terme, de graves blessures et à long terme des lésions neurologiques chroniques.

2. Au cours des dernières décennies, nous avons pu assister à de vigoureuses campagnes menées par des associations nationales de médecins afin de faire interdire toutes les formes de boxe. En l’absence d’une telle interdiction, une série de tragédies dans le monde de la boxe ont amené les autorités règlementaires à adopter différentes normes visant à accroître la sécurité des boxeurs.

3. En dépit de la règlementation plus stricte de la boxe dans plusieurs pays, les traumas crâniens causés par la boxe continuent de provoquer des lésions et des décès, ce qui démontre que la règlementation ne protège pas convenablement les participants.

4. Outre la boxe règlementée, de nombreux combats de boxe (combats à mains nues, « street fight ») parallèles non supervisés continuent d’avoir lieu dans de nombreuses parties du monde. Ces combats clandestins mettent en péril la santé et la vie des participants.

5. Les préoccupations relatives à la santé et à la sécurité dans la boxe s’étendent à d’autres sports qui empruntent des éléments de la boxe, comme les arts martiaux mixtes de type kickboxing, etc. C’est pourquoi les recommandations de cette prise de position s’appliquent également à ces sports.

6. L’AMM estime que la boxe est de nature différente des autres sports en raison des blessures qu’elle cause et qu’elle devrait être interdite.

7. En attendant une interdiction complète de la boxe, l’AMM encourage vivement l’adoption des mesures suivantes:

7.1  La boxe doit être règlementée et tous les boxeurs doivent être titulaires d’une licence. Les boxeurs doivent recevoir des informations écrites sur les risques qu’ils courent par la pratique de la boxe.

7.2  La boxe devrait être interdite aux enfants (le terme « enfant » étant défini selon la législation nationale applicable).

7.3  Un registre national de tous les boxeurs, professionnels et amateurs, y compris les adversaires, devrait être tenu dans chaque pays où la boxe est autorisée. Le registre indiquerait les résultats de tous les matchs, les KO, y compris techniques et toutes les blessures infligées lors du combat, et permettrait ainsi de compiler un dossier pour chaque joueur. Tous les boxeurs pourraient être suivis pendant une durée d’au moins vingt ans pour connaître leur état de santé à long terme.

7.4  Tous les boxeurs devraient subir au début de leur carrière un examen médical basique, pendant lequel serait pratiquée une évaluation neurologique, dont une imagerie cérébrale. Il conviendrait de réaliser un examen médical et neurologique avant et après chaque évènement. Les boxeurs qui ne passeraient pas cet examen devraient être signalés au registre national et ne devraient pas être autorisés à disputer de combat par la suite.

7.5  Il conviendrait que les équipements de protection individuelle soient conformes aux recommandations médicales (taille et poids des gants, casque, protège-dents).

7.6  Le médecin officiant lors d’un match de boxe assume une responsabilité professionnelle de protéger la santé et la sécurité des concurrents. À cette fin il convient que le médecin soit spécialement formé à l’évaluation des athlètes, notamment l’évaluation des lésions cérébrales traumatiques. L’avis du médecin ne doit dépendre que de considérations médicales et le soignant doit être autorisé à arrêter tout match en cours qui, de son point de vue, pourrait causer de graves lésions.

7.7  Il conviendrait de décourager le financement et le sponsoring de la boxe, et les rediffusions des matchs à la télévision devraient être soumises à des restrictions quant à l’âge des téléspectateurs et à une obligation d’afficher une mise en garde sur les dangers de la boxe.

Prise de position
Blessures a, Boxe, Lésion cérébrale, Prévention d'accident, Sport, Traumatisme

Déclaration de l'AMM sur la Pandémie de Grippe Aviaire

Adoptée par la 57e Assemblée générale de...