Prise de position de l’AMM sur la création et la promotion d’un carnet de santé maternelle et infantile


Adoptée par la 69ème Assemblée Générale de l’AMM à Reykjavik, Islande, octobre 2018

PRÉAMBULE

L’AMM estime qu’il est nécessaire pour améliorer la santé et le bien-être maternels et infantiles d’assurer un continuum de soins et de donner des moyens d’action aux familles. La réduction des taux de mortalité maternelle et infantile a constitué deux volets importants des Objectifs du millénaire pour le développement (OMD). La réduction des taux de mortalité maternelle, de mortalité néonatale et de mortalité des enfants de moins de 5 ans fait également partie des Objectifs de développement durable (ODD).

Le carnet de santé maternelle et infantile est un livret complet à conserver chez soi, conçu pour contenir toutes les informations de santé nécessaires et les antécédents de santé de la mère et de l’enfant. Y figurent les informations relatives à la grossesse, l’accouchement, les périodes néonatale et de prime enfance, la croissance de l’enfant et les vaccinations. Ce carnet favorise l’intégration des services de soins de santé maternels, néonataux et infantiles. Non seulement il contribue à l’éducation à la santé mais il aide les femmes et les familles à s’approprier ces questions.

En 1948, le Japon est devenu le premier pays au monde à créer et à distribuer le carnet de santé maternelle et infantile, afin de protéger et d’améliorer la santé et le bien-être de la mère et de l’enfant.

Il en existe désormais des versions dans près de quarante pays, toutes adaptées à la culture locale et au contexte socio-économique. Il existe de multiples sortes de carnets de santé et de supports éducatifs relatifs à la santé des mères et des enfants dans de nombreux pays. L’utilisation des carnets de santé maternelle et infantile a contribué à améliorer les connaissances des femmes sur les principales questions de santé maternelle et infantile et à modifier les comportements pendant la grossesse, l’accouchement et la période suivant la naissance.

Le carnet de santé maternelle et infantile favorise la santé des femmes enceintes, des nouveau-nés et des enfants en ce qu’il peut être utilisé comme un outil pour renforcer le continuum de soins. Il permet également aux médecins de prendre de meilleures décisions en leur donnant accès aux antécédents médicaux des patientes et des jeunes patients et aux données rassemblés dans le carnet. L’utilisation du carnet de santé seul n’améliore pas les indicateurs de santé. Ses bénéfices sont tangibles lorsque les femmes et les enfants ont accès à des soins de santé adaptés sur la base des informations compilées dans le carnet. C’est pourquoi l’utilisation de ce carnet devrait être partagée au niveau mondial.

Au Japon, c’est la version numérique du carnet qui se généralise progressivement. Le carnet numérique doit être utilisé d’une manière qui permette de protéger la confidentialité des informations de santé du patient. Certaines crèches et écoles primaires exigent d’avoir accès au carnet de santé dans le cadre du processus d’admission dans l’établissement, faisant peser sur les parents et les médecins une pression susceptible de les faire modifier les informations figurant dans le carnet.

RECOMMANDATIONS

  1. L’AMM recommande à ses associations membres d’encourager les autorités de santé et les institutions sanitaires de leur pays à fournir des informations facilement accessibles et intelligibles sur la santé maternelle et infantile. Le carnet de santé maternelle et infantile ou son équivalent peuvent être des outils efficaces pour améliorer la continuité des soins et assurer la promotion de la santé des mères, des nouveau-nés et des enfants.
  2. L’AMM recommande que les membres constituants et les professionnels de la médecine favorisent l’adaptation à leur environnement et l’utilisation d’un tel carnet, ou son équivalent, afin que les Objectifs de développement durable correspondants soient réalisés pour toutes et tous, y compris les personnes illettrées, les familles en situation de migration, les réfugiés, les minorités, ainsi que les mères, les nouveau-nés et les enfants des zones les plus isolées ou sous dotées.
  3. La confidentialité des informations de santé et la vie privée des mères et des enfants doit être strictement protégée lorsqu’un carnet de santé maternelle et infantile ou des documents de même type sont utilisés. Un tel carnet doit servir exclusivement à améliorer la santé et le bien-être des mères, des nouveau-nés et des enfants. Il ne saurait être utilisé dans le cadre de procédures d’admission dans un établissement de garde ou scolaire.
  4. Les associations qui comptent parmi les membres constituants devraient promouvoir la recherche locale afin d’évaluer l’utilisation de carnets de santé maternelle et infantile, ou son équivalent, et proposer des recommandations en vue d’améliorer la qualité des soins dans leur pays.
Prise de position
Carnet, Continuum de soins, Enfant, Mère, Santé maternelle et infantile