Les dirigeants de l’AMM mettent en garde contre le remplacement des médecins


« Les gouvernements et les organisations internationales qui promeuvent la formation d’infirmiers et d’agents de santé communautaires en lieu et place de médecins dûment qualifiés refusent en définitive à des patients l’accès à des soins de santé de qualité », a déclaré le Président du Conseil de l’Association médicale mondiale (AMM) aujourd’hui.

Le Dr Frank Ulrich Montgomery, qui intervenait lors de la conférence « Physician 2030 » sur la médecine à l’horizon 2030, coorganisée par l’AMM et l’Association médicale israélienne à Tel-Aviv, a poursuivi : « Nous devons affirmer clairement et fermement que le concept de couverture santé universelle suppose que les soins de santé soient assurés par une équipe menée par un médecin et soient correctement financés. Soyons très clairs : une relation entre médecin et patient exige la présence d’un médecin, pas d’un substitut ou d’un remplaçant. »

Le Dr Montgomery a critiqué l’indécision des gouvernements, qui peinent à réagir judicieusement face à la pénurie mondiale de médecins.

« Plutôt que d’accroître le nombre d’étudiants dans les facultés et le nombre de postes de doctorants dans les spécialités, ils préfèrent opter pour des alternatives moins chères. Il est erroné de prétendre, à l’instar d’organisations comme l’Organisation mondiale de la santé, que retirer des tâches aux médecins pour les confier à du personnel de santé moins spécialisé permettra de faire un usage plus efficace des ressources humaines disponibles. »

Le Dr Montgomery a fait valoir que les patients méritaient des médecins. La qualité des soins médicaux et le droit d’avoir accès à un médecin dûment formé sont des droits humains fondamentaux. Il a ajouté cependant que dans les cas où il n’y avait pas de médecin, il était important de pouvoir compter sur des infirmiers pour combler ce manque, de même pour les agents de santé communautaires en l’absence d’infirmier.

Il a ajouté que le nombre de médecins augmentait trop lentement pour faire face aux défis qui attendent les systèmes de santé, et a mis en garde : « Je crois fermement que si nous ne réglons pas le problème de la pénurie de médecins maintenant, la situation des patients se détériorera dans les années à venir. »

Abordant ensuite l’émergence de nouvelles technologies dans le domaine médical, il a déclaré qu’il ne s’agissait là que d’outils au service de la relation entre médecin et patient, et non de substituts.

« Les patients auront toujours besoin de médecins pour leurs compétences professionnelles et leur empathie, peut-être d’autant plus que le sérieux de nombreuses informations de santé en ligne laisse à désirer. Nous devons tenir bon et défendre notre rôle de passeur d’informations fiables à nos patients. »

Assemblée générale annuelle de l’AMM 2019

L’Assemblée générale annuelle de l’Association médicale mondiale...