Nouvelles directives pour les médecins concernant les soins de sante des transsexuels


(18.10.2015) L’Association Médicale Mondiale a approuvé de nouvelles directives destinées aux médecins concernant les personnes transsexuelles. Les médecins  seront ainsi mieux informés et plus sensibilisés aux  personnes transsexuelles et à leurs problèmes de santé spécifiques.  Lors de son Assemblée Générale annuelle à Moscou, l’AMM a souligné le fait que chacun avait le droit de déterminer son propre sexe et qu’une incongruence de genre n’était pas en soi une maladie mentale.

Les délégués de près de 60 Associations Médicales Nationales ont convenu que tous les efforts devaient être entrepris pour que des soins de santé personnalisés, pluriprofessionnels, pluridisciplinaires et accessibles soient mis à la disposition de tous ceux vivant une incongruence de genre. Ils ont approuvé les directives en rejetant clairement toute forme de traitement coercitif ou de modification forcée  du comportement et déclaré que les soins de santé des transsexuels  avaient pour objectif de leur apporter  la meilleure qualité de vie possible.   

L’Association Médicale Allemande a proposé ces directives en reconnaissant les inégalités que subit la communauté transsexuelle et le rôle crucial joué par les médecins conseillant   les personnes transsexuelles et leurs familles sur les traitements.  Les délégués ont dit qu’ils étaient conscients des sensibilités culturelles sur ce sujet dans certaines régions du monde mais qu’il était important pour l’AMM de préciser que les considérations culturelles, politiques ou religieuses ne devaient pas prendre le  pas sur les droits, la santé et le bien-être des personnes transsexuelles .          

Le Président de l’AMM, Sir Michael Marmot, a déclaré : « Nous condamnons toutes les formes de discrimination, de stigmatisation et de violence à l’encontre des personnes transsexuelles et nous voulons que des dispositions légales appropriées soient mises en place pour protéger leurs droits civiques. En tant que modèles, les médecins devraient mettre à profit leurs connaissances médicales pour lutter contre les préjudices dans ce domaine. Nous aimerions que les associations médicales nationales agissent pour lutter contre les entraves aux soins. « Il est important que les médecins soient formés correctement tout au long de leur carrière afin de pouvoir identifier et éviter les pratiques discriminatoires et apporter des soins appropriés et adaptés aux personnes transsexuelles. »