Pour les leaders des médecins une plus grande priorité doit être donnée à la santé lors du sommet sur le climat


(28.05.2015) Les leaders des médecins font pression pour que les questions de santé soient davantage prioritaires dans les discussions des Nations Unies sur les changements climatiques.

A la veille des discussions préparatoires de la semaine prochaine à Bonn concernant le sommet sur les changements climatiques qui se tiendra à Paris en décembre, l’Association Médicale Mondiale a exhorté ses 111 Associations Médicales Nationales à faire entendre leur voix.

L’AMM, représentant 10 millions de médecins dans le monde, a écrit à ses membres pour les exhorter à écrire à leurs représentants nationaux afin de souligner que les changements climatiques sont le plus gros défi sanitaire mondial du 21e siècle.

Les leaders des médecins sont très inquiets des effets négatifs des changements climatiques sur la santé comme par exemple les maladies et les lésions, la malnutrition croissante et les décès prématurés notamment parmi les populations les plus vulnérables.

Dans son courrier, l’AMM écrit : « La 21e Conférence de la Convention cadre des Nations Unies sur les changements climatiques qui se tiendra en décembre est une opportunité décisive de traiter ces défis via un véritable accord universel qui placerait la santé au premier plan des débats sur le réchauffement mondial et atténuerait les graves risques sanitaires auxquels le monde est confronté. »

Le Président de l’AMM, Dr Xavier Deau, s’est déclaré très inquiet du fait  que les questions de santé cruciales sont ignorées dans la préparation du sommet et qu’il reste peu de temps pour faire entendre la voix de la communauté médicale.  

Toujours selon lui, il faut négocier pour que  les systèmes énergétiques passent des énergies fossiles aux énergies renouvelables. « Réduire la consommation d’énergies fossiles améliore la qualité de l’air et la santé publique tout comme le fait d’atténuer les changements climatiques. La résolution sur la pollution de l’air par l’Assemblée Mondiale de la Santé diffusée la semaine dernière est une étape décisive pour l’amélioration de la vie et de la santé de millions de personnes souffrant d’une mauvaise qualité de l’air. Nous pensons toutefois qu’il  faut faire bien plus au niveau mondial et national pour prendre totalement en compte l’impact des changements climatiques sur la santé et pour impliquer le secteur de la santé dans le processus.

Améliorer l’isolation des maisons et des bâtiments peut protéger les gens des températures extrêmes et faire baisser la consommation énergétique. Les gens doivent adopter un mode de vie plus actif. Nous devons intensifier les transports publics pour améliorer la santé via davantage d’activité physique et moins de pollution atmosphérique.

Tous ces changements permettraient de grosses économies. Les actions sur le plan climatique qui reconnaissent ces bénéfices peuvent contribuer à améliorer la santé, favoriser le développement durable et faire progresser l’égalité dans le monde.

Les Associations Médicales Nationales ont un rôle essentiel à jouer pour convaincre le monde que l’impact des changements climatiques sur la santé est l’un des plus significatifs du réchauffement de la planète. »