Les leaders des médecins exhortent les gouvernements à protéger les soins de santé


(20.04.2015) L’Association Médicale Mondiale exhorte les gouvernements du monde entier à s’assurer que plusieurs accords commerciaux majeurs en cours de négociation protégeront, favoriseront et donneront la priorité à la santé publique et aux soins de santé. L’AMM a également émis de sérieuses réserves sur le degré de confidentialité entourant les discussions sur les accords et qui présente un caractère anti-démocratique.

Lors de la réunion de son Conseil à Oslo le weekend dernier, les dirigeants de l’AMM ont approuvé une résolution d’urgence. Tout en appréciant l’objectif des accords commerciaux qui est de procurer des bénéfices économiques, cette résolution exige des assurances pour quatre nouveaux  accords  - le Partenariat transpacifique, le  Partenariat transatlantique d'investissement et de commerce, l’Accord sur le commerce de services et l’Accord économique et commercial global.

La Résolution mentionne  également qu’un mécanisme proposé aux investisseurs pour déposer plainte contre les gouvernements pourrait défier  les lois de santé publique basées sur la preuve  dont l’emballage neutre du tabac et menacer la lutte contre le tabac, l’alcool, la réglementation sur les aliments et les boissons, l’accès aux médicaments, les services de santé et la protection de l’environnement et les améliorations en matière de changements climatiques. De tels défis pourraient saper les efforts entrepris pour améliorer la santé, faire face aux déterminants sociaux de la santé et à l’arrivée pourraient nuire aux patients.

Dr. Xavier Deau, Président de l’AMM, a déclaré : « Nous demandons à nos Associations Médicales Nationales d’exhorter leurs gouvernements à s’assurer que ces accords commerciaux n’interfèrent pas avec la capacité des gouvernements à réglementer la santé et les soins ou à garantir le  droit à la santé pour tous. Nous voulons que les gouvernements s’opposent à toutes les dispositions et mécanismes qui compromettraient les services de santé ou les médicaments.  

« Les négociations de ces accords sont l’un des secrets les mieux gardés de notre époque. Les textes des négociations sont soustraits au public et aux parlements. Ce secret étant, la profession médicale a tous les raisons d’être prudente et soupçonneuse. Ces accords ne doivent pas interférer avec la capacité des gouvernements à réglementer la santé et les soins ou à garantir la santé pour tous ».