L'AMM dénonce la torture et l'implication des professionnels de santé


(13.12.2014) L’Association Médicale Mondiale dénonce vigoureusement l’utilisation de la torture et l’implication des professionnels de santé.

Commentant le rapport de la Commission du renseignement du Sénat des États-Unis sur le programme de détention et d’interrogatoire, l’AMM  a clairement fait référence  ces jours derniers tout comme elle le fait depuis  de nombreuses années à sa politique de dénonciation de toutes les formes de torture et d’interdiction de toute participation des médecins à la torture. Le recours non médicalement justifié  à l’hydratation et à l’alimentation par voie rectale, à la simulation de noyade, à la privation de sommeil, à la violence physique, à des positions stressantes prolongées, au non traitement des blessures et à la mise en scène d’enterrement est  profondément choquant. D’après le rapport, du personnel de santé était impliqué dans ces techniques d’interrogatoire.

Dr. Xavier Deau, Président de l’AMM, a déclaré : « En tant que représentante des médecins dans le monde, l’AMM condamne vigoureusement toutes les formes de torture ou les autres formes de procédures cruelles, inhumaines ou dégradantes. Nous gardons  le plus grand respect pour la vie humaine et les obligations éthiques de tous les médecins, à savoir "d’abord de ne pas nuire" et respecter la dignité humaine.

« L’AMM s’est  engagée explicitement, comme le précise la Déclaration de Tokyo de l’AMM, à interdire aux médecins de participer ou même d’assister à des pratiques de torture ou à d'autres formes de procédures cruelles, inhumaines ou dégradantes. «

Dr. Deau a ajouté : « Les détails figurant dans ces rapports sont profondément choquants. La participation des médecins ou d’autres professionnels de santé à la torture sape la confiance, la crédibilité et l'intégrité de la profession. C'est un devoir éthique sans équivoque de la communauté médicale de dénoncer de tels actes inhumains et immoraux. »