Priorité aux patients : Cinq organisations de santé mondiales signent un Cadre Consensuel pour une collaboration éthique


(13. 01. 2014) 

  • La confiance et le respect sont essentiels pour faire avancer les soins de santé
  • Sur la base de principes fondamentaux partagés, le Cadre consensuel donne la priorité aux patients, soutient la recherche éthique et l’innovation, assure l’indépendance et une conduite éthique et promeut la transparence et la responsabilité.
  • Valorise  les meilleures pratiques pour les différents groupes   collaborant afin de faire progresser  les soins de santé   

Genève - Cinq organisations de santé mondiales ont établi un Cadre Consensuel pour une collaboration éthique afin d’encourager des partenariats visant à apporter de plus grands avantages aux patients et à soutenir des soins de grande qualité. A partir des codes individuels de pratique éthique et des politiques de santé des cinq organisations supportrices, ce cadre repose sur quatre principes fondamentaux :

  • Donner la priorité aux patients ;
  • Soutenir la recherche éthique et l’innovation ;
  • Assurer l’indépendance et la conduite éthique ; et
  •  promouvoir la transparence et la responsabilité.

Les cinq organisations sont l'Alliance internationale des organisations de patients (IAPO), le Conseil international des infirmières (ICN), la  Fédération internationale de l'industrie du médicament (IFPMA), la Fédération internationale pharmaceutique (FIP) et l'Association médicale mondiale (WMA).

L'avancée des connaissances médicales et l'amélioration de la santé dépendent d'un échange d'information régulier entre tous les partenaires. Alors que les codes individuels de pratique régissent les activités de chaque groupe, ce large Cadre Consensuel s'applique à une grande partie de la communauté médicale afin d'inclure des interactions impliquant les patients, les infirmiers, les pharmaciens, les médecins et l'industrie de la santé.

« Il est essentiel de garantir une conduite éthique, la transparence et la responsabilité pour permettre le développement et le test de nouveaux médicaments et autres technologies médicales », a déclaré Marie-Paule Kieny, sous-directrice générale pour les systèmes de santé et l'innovation à l'Organisation mondiale de la santé.  « Nous encourageons toutes les organisations impliquées à rechercher des manières de développer des mécanismes de surveillance capables de soutenir ces principes. »

Le Cadre Consensuel pour une collaboration éthique entre les organisations de patients, les professionnels de santé et l'industrie pharmaceutique est accessible ici.