Difussion de la Déclaration d'Helsinki revisée de l'AMM pour de plus amples discussions et approbation


(28. 08. 2013) De plus amples changements apportés au texte révisé de la Déclaration d’Helsinki de l’AMM sur la recherche médicale vont être communiqués aux 102 associations médicales nationales membres de l’AMM. Telle est la décision prise cette semaine dans l’optique de plus amples discussions et d’une possible adoption du document lors de l’Assemblée Générale de l’AMM à Fortaleza au Brésil en octobre.

La Déclaration a été discutée lors d’une réunion des parties intéressées à Washington DC, Lundi 26 août. Des spécialistes de l’éthique et des délégués des AMN ont proposé de nouvelles modifications au texte révisé  qui avait été rendu  public pour consultation en début d’année. Cette consultation a suscité plus de 120 commentaires de la part de 36 pays ou régions. Un groupe de travail de l’AMM a étudié ces commentaires et ceux consécutifs à la réunion du Lundi 26 août. Ce groupe a décidé d’adresser aux AMN et au comité d’éthique médicale de l’Association un document révisé pour approbation au Brésil. Si le Comité approuve le document, il sera étudié par le Conseil de l’Association et transmis à l’Assemblée pour adoption.

Dr. Mukesh Haikerwal, Président de l’AMM, a jugé la réunion de Washington « extrêmement fructueuse ».

« La qualité des débats sur des questions telles que les risques, les inconvénients et les bénéfices, le consentement éclairé et l’utilisation de placebo, a été remarquable ce qui nous a permis de finaliser la mouture du document.

« La Déclaration est un document d’une extrême importance pour les patients, les médecins et les chercheurs du secteur médical dans le monde entier. Depuis son adoption en 1964, la Déclaration a servi de fil conducteur pour les médecins dans l’exercice de leur profession et a protégé l’éthique. Pour les médecins, les gouvernements et l’industrie, elle est devenue la pierre angulaire de l’éthique dans la recherche impliquant des sujets humains. Il est fondamental d’adhérer à ses principes pour préserver la confiance de ceux qui en sont les sujets, nos patients, et ceux qui mènent les recherches. »

Une plus grande protection des groupes vulnérables et un renforcement des exigences éthiques pour l’utilisation de placebo  lorsqu’un traitement efficace connu existe font partie des modifications apportées à la Déclaration.