Les professionnels de santé réitèrent leur demande de cessez-le-feu au leader syrien


(30 mai 2012)  A la suite du tragique massacre de plus de 100 civils dans le village de Houla, l'Association Médicale Mondiale s'est jointe à d'autres organisations médicales pour rédiger une lettre ouverte au leader syrien Dr. Bashar al-Assad en tant que membre de la communauté médicale, lui demandant expressément d'ordonner à ses troupes de cesser toutes les attaques.

Dans une lettre commune adressée au Dr. Assad, l'Association Médicale Mondiale, l'Association Médicale Américaine et  Physicians pour Human Rights déclarent que les attaques à l'encontre des hôpitaux, des médecins et des patients en Syrie constituent une violation claire du principe universel de neutralité médicale. Ce principe impose de ne pas interférer  auprès des services médicaux en temps de conflit armé et  de n'appliquer aucune discrimination lors du traitement des personnes malades et blessées.

En s'adressant au Dr. Assad comme à un professionnel de santé, le courrier stipule : « En tant que membre de la communauté médicale, nous espérons que vous respecterez cette obligation et demanderez à vos militaires de cesser d'attaquer les hôpitaux, les centres médicaux et les véhicules sanitaires, les médecins, les infirmières et les patients. Dans le même temps, nous demandons à toutes les parties prenantes dans le conflit actuel de respecter le principe de la neutralité médicale et de s'engager à fournir les soins d'urgence à tous les citoyens sans discrimination aucune. »

Les signataires de la lettre dont le Président de l'AMM Dr. Jose Gomes do Amaral, ont dit qu'ils s'adressaient au Dr. Assad en tant que professionnels de santé, « en tant que thérapeutes éthiquement et moralement liés par leur mission qui est de traiter et de soigner ceux qui sont dans le besoin, vous demandant de protéger le droit à la santé en Syrie ».

« Le monde entier a entendu les récits crédibles indiquant que les forces gouvernementales : ont refusé aux civils blessés de bénéficier d'un traitement médical impartial, ont envahi, attaqué et utilisé à mauvais escient les hôpitaux, ont attaqué et empêché les transports médicaux et ont détenu et torturé des médecins ayant soigné des civils blessés.

« En réponse, de courageux membres du personnel médical ont risqué leur vie pour s'occuper de ceux aux prises avec la violence, des familles dont les maisons ont été arbitrairement  bombardées par l'artillerie moderne, des civils innocents qui ont été blessés alors qu'ils couraient pour éviter le feu  de  tireurs embusqués.  

« Ces professionnels de santé n'ont pas oublié leur promesse de guérir sans nuire les personnes qu'ils traitaient. Depuis plus de 2300 ans, l'obligation éthique et morale de prendre soin des malades et des blessés, sans discrimination, a soudé la communauté médicale dans le monde. C'est cet engagement qui nous motive pour parler au nom des blessés et de ceux qui veulent les aider. »

Dr. Gomes do Amaral a déclaré : « Nous demandons au Dr. Assad de cesser les attaques des hôpitaux, des médecins et des patients en Syrie. Les médecins doivent être autorisés à assumer leur mission éthique qui est de soigner les patients. »

Dr. Mukesh Haikerwal, Président du Conseil de l'AMM, a ajouté :  Le Conseil de sécurité des NU a décrété que le fait de prendre pour cible les écoles et les hôpitaux serait considéré comme une violation de loi humanitaire internationale. Les responsables des récentes atrocités doivent être poursuivis en justice et devront rendre des comptes ».

Les trois signataires de la lettre sont le Dr. Jose Gomes do Amaral, Président de l'Association Médicale Mondiale, le Dr. Robert Lawrence, Président de Physicians for Human Rights, et le Dr. James L. Madara, Directeur Général et vice-président de l'Association Médicale Américaine.