Nouvelle action bénéfique pour la protection des personnels de santé


(28 mai 2012)  L'Association Médicale Mondiale a salué le grand pas franchi  dans  la campagne de protection des professionnels de santé dans les zones de conflit.  Dans une prise de position aujourd'hui (Lundi) l'AMM  a commenté la décision prise la semaine dernière par l'Assemblée Mondiale de la Santé de soutenir une Résolution demandant à l'OMS de documenter le nombre d'attaques subies par les services médicaux.

La Coalition Protéger la santé dans les conflits dont fait partie l'Association Médicale Mondiale a mené une campagne l'année dernière pour encourager les Etats membres de l'OMS à adopter la Résolution afin de lancer le travail d'élaboration de méthodes pour de collecte des données et le signalement  des attaques.  La coalition a salué ce qu'elle appelle « les progrès sans précédent accomplis pour tenter partout dans le monde de protéger la vie des personnels de santé et des patients lors de crises humanitaires ».

Dr. Jose Gomes do Amaral, Président de l'AMM, a déclaré : « Depuis  un certain, nous sommes  inquiets de voir les médecins et le personnel médical de plus en plus menacés lorsqu'ils sont pris dans des manifestations massives sans cesse plus fréquentes dans le monde.  Les médecins qui soignent les personnes blessées sont attaqués, blessés et tués dans beaucoup de régions au monde ce qui est dramatique. Personne n'a toutefois été capable de documenter tous ces faits.

« Nous sommes enchantés que l'OMS assume désormais cette tâche et nous espérons qu'avec ce nouvel ensemble de preuves, la communauté mondiale pourra mieux protéger les systèmes de santé fragiles et ceux présents sur le front. »

Maurice I. Middleberg, vice- président pour la politique mondiale auprès d'IntraHealth international, a déclaré : « La collecte systématique de données servira de base pour élaborer des stratégies de prévention et demander des comptes aux assaillants ».

Leonard Rubenstein,  chercheur principal auprès du Center for Public Health and Human Rights, Johns Hopkins Bloomberg School of Public Health, a déclaré : « Les soins de santé et le personnel de santé qui les assure ne sont jamais aussi  nécessaires et simultanément aussi vulnérables que lorsque la   violence s'empare d'une société ». 

La Coalition Protéger la santé dans les conflits inclut l'AMM, le Conseil International des infirmières, la Fédération Internationale Pharmaceutique, la Confédération Mondiale des Physiothérapeutes et la Fédération Dentaire Internationale, l'Association de Santé Publique Américaine, CARE, Center for Public Health and Human Rights of the John Hopkins Bloomberg School of Public Health, Doctors for Human Rights, International Health Protection Initiative, la Fédération internationale des organisations de santé et des droits humains, l'International Medical Corps, le Conseil International de Réhabilitation pour les Victimes de la Torture, l'international Rescue Committee, IntraHealth International, Management Sciences for Health, Medact, Merlin, Physicians for Human Rights, Women's Refugee Commission et la Fédération Mondiale des associations de santé publique.

La coalition a maintenant l'intention de plaider en faveur de l'application efficace de la Résolution de l'Assemblée Mondiale de la Santé.