L’Association Médicale Mondiale se joint à l’appel lancé pour un cessez-le-feu en Syrie


(1 mars 2012) L'Association Médicale Mondiale se joint à tous ceux ayant demandé expressément aux autorités syriennes de déclarer un cessez-le-feu immédiat afin de permettre aux personnes malades et aux blessés d'être correctement traités.

Dans une déclaration, le Président de l'AMM, Dr. Jose Gomes do Amaral, a rappelé au gouvernement syrien que les médecins sur la ligne de front devaient toujours être considérés comme neutres et ne devaient pas être visés ou agressés dans le cas de conflit armé.

Dr. Gomes do Amaral a déclaré : « J'en appelle au Président Assad, ophtalmologiste, afin qu'il reconnaisse même maintenant les terribles effets sur les hommes, femmes et enfants innocents de  la violence dans son pays. Les médecins, quelle que soit leur qualité, doivent se conformer à leur devoir éthique qui est avant tout de ne pas nuire.   

« Tout en le déplorant, l'AMM considère que le Président Assad est manifestement responsable de ces crimes de guerre qui portent atteinte à sa profession.

Il doit être condamné pour violation grave des droits humains, pour le fait d'autoriser de manière répétée des attaques contre les hôpitaux et d'autres établissements de soins et pour les mauvais traitements infligés aux patients. Ces actions sont commises par un médecin ce qui a horrifié des millions de médecins dans le monde. Il a trahi la confiance et mis à mal la dignité de sa profession par son inhumanité.

 « Les médecins ainsi que toutes les personnes travaillant dans le secteur de la médecine et impliqués dans des mauvais traitements et les actes de torture devraient être dénoncés et poursuivis en justice et condamnés.