L’Association Médicale Mondiale demande un nouveau proces equitable des professionnels de santé


(12 octobre 2011) L'état du Bahreïn doit prouver aux observateurs dans le monde que le nouveau procès des 20 médecins, infirmières et autres professionnels de santé condamnés à une peine de prison le mois dernier se déroulera de manière équitable. Telle est la demande exprimée par l'Association Médicale Mondiale aujourd'hui (Mercredi).

Lors de la réunion du Conseil à Montevideo, Uruguay, l'AMM a diffusé une résolution d'urgence indiquant que jusqu'à présent, le  procès ne s'était pas déroulé conformément aux normes internationales d'équité et qu'en soignant  des patients sans prendre en considération l'origine de leurs blessures  ces professionnels de santé avaient respecté leur devoir éthique comme le stipule la Déclaration de Genève. 

L'AMM qui représente près de 100 Associations Médicales Nationales a demandé expressément que tous les états comprennent, respectent et honorent le concept de neutralité médicale. Cela signifie aussi assurer des conditions de travail aussi sûres que possible, même dans des situations difficiles dont les conflits armés ou les troubles civils.

Le Conseil a salué l'annonce du gouvernement de Bahreïn indiquant que les 20 professionnels de santé condamnés à 15, 10 ou 5 ans de prison seraient rejugés devant un tribunal civil.

Dans sa résolution d'urgence, adoptée le premier des quatre jours que durait l'Assemblée Générale, l'AMM a déclaré que jusqu'à présent, ce procès n'avait pas respecté les normes internationales d'équité, notamment que les accusés n'avaient pas été autorisés à s'exprimer pour se défendre et que les avocats n'avaient pas été autorisés à interroger tous les témoins. Les allégations des accusés et de leurs avocats quant à de mauvais traitements, des abus et d'autres violations des droits humains lors de leur arrestation et en détention n'ont pas donné lieu à une enquête.

Dr. Mukesh Haikerwal, Président du Conseil de l'AMM, a déclaré : « Il semble que ces médecins et les professionnels de santé aient été accusés simplement pour avoir traité des patients venus en consultation pour se faire soigner dont des leaders et des membres de la rébellion.  

« Je tiens à préciser que l'AMM demande qu'aucun médecin ou autre professionnel de santé ne soit arrêté, accusé ou jugé pour avoir soigné des patients, quelle que soit l'origine des blessures ou de la maladie de ces patients.

L'AMM demande que pour tout individu poursuivi en justice, y compris les professionnels de santé, les procédures soient respectées, y compris lors de l'arrestation, des interrogatoires et du procès, conformément aux plus hautes normes de la législation internationale.   

« Nous voulons à présent que des assesseurs internationaux indépendants soient autorisés à suivre les procès et à rencontrer en privé les accusés de manière à ce que l'état du Bahreïn puisse prouver à la communauté internationale que les procédures judiciaires se déroulent de manière  équitable.

La Résolution ajoute : L'AMM est consciente que les travailleurs sanitaires et les établissements de santé sont de plus en plus attaqués pendant les guerres, les conflits et les troubles civils. Nous exigeons que les états dans le monde reconnaissent, respectent et honorent les principes de neutralité médicale et leur devoir de protection des centres de soins  pour des raisons humanitaires. »