L'AMM lance un appel au roi du Bahrain concernant le procès des professionnels de santé


(16 septembre 2011)  L'Association Médicale Mondiale a lancé un appel directement au Roi du Bahreïn afin qu'il intervienne au sujet des 20 professionnels de santé poursuivis en justice dans le pays pour avoir soigné des contestataires au cours des récents troubles politiques.

Dans un courrier adressé au Roi Shaikh Hamad bin 'Issa Al Khalifa, l'AMM demande   expressément à ce dernier de lancer immédiatement une enquête indépendante  sur les   tortures et autres mauvais traitements qui auraient été infligés aux professionnels de santé ainsi qu'à d'autres détenus au Bahreïn, de rendre les conclusions publiques et de poursuivre en justice tous les responsables de la torture et des autres mauvais traitements des détenus.  L'AMM ajoute que les aveux obtenus sous la torture ne doivent pas être utilisés comme preuves lors du procès des 20 professionnels de santé ou tout autre procès au Bahreïn.

Les professionnels de santé dont un certain nombre de médecins devraient comparaître le 26 septembre devant un tribunal militaire pour avoir contribué au renversement de la monarchie du Bahreïn et pris part à des rassemblements non autorisés. L'AMM pense que si les travailleurs sanitaires sont jugés coupables, ils pourraient être des prisonniers d'opinion.  

Dans son courrier, également adressé au Ministre du Développement social et au Ministre de la Justice et des Affaires Islamiques du Bahreïn, l'AMM indique que selon Amnesty International  le procès ne serait pas conforme aux normes internationales en matière de procès équitable.

« En dépit des graves accusations portées à leur encontre, nous sommes très inquiets car ces professionnels de santé semblent avoir été poursuivis uniquement pour avoir pacifiquement tenté de fournir une assistance médicale aux personnes blessées par les forces de sécurité du gouvernement au cours des manifestations populaires de février et de mars. Dans ce cas, les personnes placées en détention seraient des prisonniers d'opinion et devraient être immédiatement relâchés, sans condition.  

« Tous les personnels de santé doivent être protégés et assistés dans le cadre de leurs responsabilités morales, éthiques et professionnelles qui est de soigner les personnes malades et blessées.  Nous comptons sur votre loyauté et votre sens de la justice dans cette affaire. «