Le responsable des médecins critique les gouvernements qui n'accordent pas assez d'attention à la santé dans les débats sur les changements climatiques


(16.10.2009) New Delhi : Les gouvernements ont été critiqués par le nouveau Président de L’Association Médicale Mondiale pour ne pas accorder suffisamment d’attention aux effets des changements climatiques sur la santé des populations et à leur énorme impact sur les services sanitaires.

 Dr. Dana Hanson, ancien  président de l’Association Médicale Canadienne, dans son discours inaugural à l’Assemblée Générale annuelle de l’AMM à New Delhi, a déclaré :

“Nous savons que le climat affecte l’approvisionnement alimentaire local et national, la qualité de l’air  et de l’eau, le temps, l’économie et bon nombre d’autres déterminants essentiels de la santé. Les changements climatiques représentent une menace inévitable, massive pour la santé globale. En tant que cause essentielle des décès et des maladies au 21e siècle, ils éclipseront probablement les plus grandes pandémies connues. Alors pourquoi entendons-nous si peu nos gouvernements parler ou débattre des effets des changements climatiques sur la santé des populations et de leur énorme impact sur les services sanitaires ? "

Dr. Hanson, un dermatologue de   Fredericton, New Brunswick, qui a pris aujourd’hui ses fonctions de Président de l’AMM pour 2009/10 a déclaré que l’AMM était en train d’étudier comment apporter  ses ressources en matière de connaissances médicales à Copenhague en décembre où 192 états membres des Nations Unies  se rencontreront pour établir un plan d’action autour de la Convention Cadre des NU sur les changements climatiques. 

" J’espère que nous obtiendrons le statut d’observateur à Copenhague et que nous pourrons présenter notre politique lors de cette rencontre. Dans ces débats, la santé de la population mondiale doit être non pas au second plan mais être un thème central autour duquel les décideurs construiront des stratégies rationnelles, avisées et concrètes face aux changements climatiques.

Aucune autre organisation ne peut délivrer le message de la protection et de la préservation de la santé humaine – à l’abri de toute considération nationale d’ordre politique et économique -  au cours des débats sur les changements climatiques.  Il n’existe aucune autre organisation dont les  membres  considèrent tous les citoyens comme des patients envers lesquels ils ont un devoir professionnel et se sentent personnellement engagés."

 L’AMM a demandé le  statut d’observateur auprès de la Convention Cadre des NU sur les changements climatiques  en tant que seul représentante mondiale de tous les médecins mais n’a à ce jour reçu aucune réponse.