Menaces sur l'Auto Gouvernance de la Profession Médicale


Le Secrétaire Général de l'Association Médicale Mondiale a lancé un avertissement au sujet des gouvernements du monde entier qui travaillent à une stratégie mondiale pour limiter l'influence de la profession médicale.

Il a expliqué que les gouvernements empiétaient progressivement sur la liberté des instances autonomes de la profession. "Et ce n'est pas un changement de façade - il s'agit d'un démantèlement de la participation démocratique".

"Nous l'avons vu en Europe, en Nouvelle Zélande, à Hong Kong et ailleurs"a-t-il dit. "C'est quelque chose qui se déroule de manière sournoise, par petites étapes dans de nombreux pays. Je pense que c'est une action qui, dans une certaine mesure, est concertée".

Il a déclaré que l'Association Médicale Mondiale avait mis au point sa défense pour lutter contre cette politique internationale, en mettant en avant le fait que la profession médicale faisait un aussi bon travail que le gouvernement ". "Dans la plupart des cas, les instances autonomes font beaucoup mieux mais les gouvernements souvent n'aiment pas le reconnaître".

Dr Kloiber a également fait référence à la tendance dans de nombreux pays à minimiser le rôle des médecins. Il a ajouté que le récent rapport de l'Organisation Mondiale de la Santé sur la main d'œuvre sanitaire pouvait être interprété comme une incitation à consacrer les ressources financières jusqu'alors dédiées à la formation des professionnels de santé à l'emploi de personnel profane moins bien formé. Il décrit cela comme un retour vers le concept des "médecins aux pieds nus".

"L'argument se base sur le fait que la formation des médecins et des autres professionnels de santé est trop onéreuse. Je considère cette tendance comme très inquiétante et je ne crois pas que ce soit la bonne voie à emprunter. Les systèmes de santé devraient être améliorés par un renforcement de la main d'œuvre professionnelle et ce faisant, assurer un meilleur traitement des patients".

"Les gens doivent pouvoir bénéficier de traitements médicaux délivrés par des médecins. Les médecins ont reçu une bonne formation, ont les compétences et les connaissances pour les soigner. Remettre en question le traitement médical par des médecins afin de faire baisser les coûts est inadmissible" .

"Eriger un système de soins c'est travailler pour l'avenir et c'est un investissement pour la prochaine génération. Investir dans les médecins d'aujourd'hui et dans leur éducation et formation constitue une étape vers une meilleure sécurité du patient. Amoindrir le rôle des médecins ne vas pas dans l'intérêt du patient et il faut agir pour renverser cette tendance".