Lancement d'un nouveau Manuel pour aider les médecins confrontés à des enjeux éthiques


Les médecins sont actuellement confrontés à des enjeux éthiques sans précédent dans leurs relations avec les patients, avec les autres professionnels de santé, les gouvernements, les compagnies d'assurance et les systèmes de sécurité sociale ainsi que l'industrie pharmaceutique. Aujourd'hui l'AMM lance son premier manuel d'éthique médicale destiné à aider les étudiants en médecine, les diplômés en médecine et les médecins en exercice à faire face à ces enjeux.

Le manuel traite de l'éthique des médecins dans leurs relations avec les patients, la société, leurs collègues et l'industrie pharmaceutique. Il étudie les questions ayant trait aux demandes d'euthanasie et de suicide médicalement assisté, la manière d'évaluer les arguments des démonstrateurs médicaux quant aux produits vendus. Il donne également des conseils sur le moment et la manière de demander aux patients de participer à des recherches médicales.

L'auteur du manuel, le Professeur John Williams, Directeur de l'Ethique à l'AMM, explique que l'éthique est une composante essentielle de la pratique médicale quotidienne. Les principes éthiques, tels que le respect des personnes, le consentement éclairé et la confidentialité, constituent la base de toute relation médecin-patient.

Le Dr. Delon Human, Secrétaire Général de l'AMM, déclare:" C'est incroyable de penser qu'il y a plus de 2000 ans, on parlait déjà d'éthique médicale, même Hippocrate en parlait, et que pourtant aujourd'hui la profession médicale ne possède toujours pas de programme universel de base pour l'enseignement de la médecine.

Il explique que l'origine de ce manuel remonte à une recommandation de l'AMM datant de 1999 stipulant que les écoles de médecine du monde entier devraient inclure dans leurs programmes des cours obligatoires sur l'éthique médicale et les droits de l'homme.

"Nous espérons que ce manuel servira de référence aux étudiants en médecine et aux médecins dans le monde entier et qu'il guidera le comportement des médecins" a déclaré le Dr. Human.

"De nos jours, les soins de santé génèrent des dilemmes éthiques extrêmement complexes et variés et parfois les médecins ne sont pas préparés à les gérer correctement. Cette publication est conçue pour favoriser l'éthique aussi bien au niveau de l'état d'esprit que de la pratique et fournit aux médecins des outils permettant de résoudre ces dilemmes.

"Il s'agit de sensibiliser les médecins afin qu'ils prennent des décisions basées sur une approche saine et éthique. La relation patient-médecin sera toujours le point central. Récemment, cette relation a souffert, en autres, de restrictions au niveau des moyens. Ce manuel montre combien il est nécessaire de renforcer ce lien par une pratique empreinte d'éthique".

Le manuel, basé sur les politiques de l'AMM, n'est pas en soi un document politique. Il est gratuitement mis à disposition sur le site Internet de l'AMM et une édition limitée sur papier est en cours d'élaboration. Le manuel est actuellement traduit en japonais, en espagnol, et d'autres langues sont prévues.

Note aux rédacteurs: Deux études de cas dans le manuel:

Etude de cas 1
Dr. S se sent de plus en plus frustrée par des patients qui viennent la consulter soit avant soit après avoir déjà consulté d'autres praticiens pour la même pathologie. Elle considère que cela grève les ressources de santé et que c'est contre productif pour la santé des patients. Elle décide de dire à ces patients qu'elle ne les soignera plus s'ils continuent à voir d'autres praticiens pour la même pathologie. Elle a l'intention de prendre contact avec son association médicale nationale pour faire pression auprès du gouvernement afin d'empêcher cette forme d'abus des ressources de santé.

Conseils: au vu de l'analyse de la relation médecin-patient présentée dans ce chapitre, Dr. S a raison de penser à l'impact sur la société d'un tel comportement. Même si l'autre médecin consulté n'est pas dans le même système de santé que celui du Dr. S et n'a donc pas d'impact financier sur la société, le patient prend sur le temps du Dr. S, temps qui pourrait être consacré à d'autres patients qui ont besoin d'elle. Les médecins tels que le Dr. S doivent cependant agir avec prudence dans un tel contexte. Souvent, les patients sont incapables de prendre des décisions véritablement rationnelles pour tout un tas de raisons et peuvent avoir besoin de beaucoup de temps et d'être éduqués sur le plan médical pour parvenir à comprendre où sont leurs intérêts et ceux des autres. Dr. S a également raison de contacter son association médicale pour essayer de trouver une solution collective à ce problème qui ne l'affecte pas uniquement elle et son patient mais les autres médecins et patients.

Etude de cas 2
Dr. C, nouvellement nommé anesthésiste dans un hôpital de ville, est alarmé par le comportement d'un chirurgien chef en salle d'opérations. Le chirurgien emploie des techniques dépassées qui prolongent les opérations et aggravent les douleurs post-opératoires et les temps de convalescence. De plus, il plaisante crûment sur les patients ce qui gêne de toute évidence les infirmières. En tant que plus jeune membre du personnel, Dr. C hésite à critiquer le chirurgien ou à en parler aux personnes situées plus haut dans la hiérarchie. Il pense toutefois qu'il doit faire quelque chose pour améliorer la situation.

Conseils: Dr. C a raison d'être alarmé par le comportement du chirurgien chef en salle d'opérations. Non seulement, ce dernier met en péril la santé des patients mais il manque de respect tant envers les patients que les collègues. Dr. C a un devoir éthique de ne pas ignorer ce comportement et de faire quelque chose. En premier lieu, il ne doit pas soutenir un tel comportement insultant par exemple en riant des plaisanteries. S'il pense qu'une discussion avec le chirurgien pourrait avoir un rôle bénéfique, il doit le faire. Sinon, il devra s'adresser directement aux dirigeants de l'hôpital. Si ces derniers ne veulent pas prendre en main la situation, alors il peut contacter le conseil de l'ordre concerné et demander une enquête.