Un sondage international réalisé auprès des professionnels de santé place les maladies cardiaques, l'obésité et le cancer au premier rang des problèmes de santé.


GENEVE, Suisse, 7 juin 2004 - D'après un sondage réalisé auprès des infirmières, des médecins et des pharmaciens, les maladies cardiaques, l'obésité et le cancer devraient faire partie des problèmes de santé majeurs, sur les cinq à dix prochaines années, aussi bien dans les pays développés que dans les pays en voie de développement. Ce sondage informel a été effectué lors de la première conférence historique de l'Alliance Mondiale des Professions de la Santé (AMPS) qui s'est tenue à Genève et qui a précédé l'Assemblée de la Santé Mondiale de l'OMS.

Les infirmières, pharmaciens et médecins de plus de 60 pays qui se sont rencontrés ont identifié les changements alimentaires, l'inégalité d'accès à l'information et les politiques commerciales comme étant des facteurs d'influence essentiels sur ces défis sanitaires, le terrorisme n'ayant selon eux qu'un très faible impact sur la santé.

Le VIH/SIDA et la tuberculose font certes partie des priorités des pays en voie de développement mais ces fléaux se retrouvent loin derrière parmi les enjeux de santé (10 et 11ème rang sur 16). Cela montre que le besoin urgent de combattre la pandémie n'a pas encore été totalement assimilé par tous les professionnels de la santé. Une lourde charge de travail, un environnement professionnel stressant et un manque de personnel figurent au premier rang des faits marquants et des inquiétudes des professionnels de la santé. Pour connaître les résultats du sondage, consulter le site www.whpa.org.

"En plaçant les maladies cardiaques, l'obésité et le cancer au premier rang des défis sanitaires actuels et à venir, les professionnels de la santé soulignent l'importance des changements de mode de vie auxquels nous assistons: une vie de plus en plus sédentaire et une alimentation malsaine" a déclaré Delon Human, Secrétaire Général de l'Association Médicale Mondiale, partenaire co-fondateur de l'AMPS avec le Conseil International des Infirmières (CII) et la Fédération Internationale des Pharmaciens (FIP).

"Même si dans ce sondage le VIH/SIDA se situe dans le bas du classement, nous avons été très heureux qu'une résolution prise par les délégués fasse appel aux médecins, infirmières et pharmaciens pour être des acteurs majeurs dans la lutte contre le HIV/SIDA" a déclaré Ton Hoek, Secrétaire Général de la Fédération Internationale des Pharmaciens.

"Ce sondage traduit une inquiétude qui est générée par le stress, la charge de travail et la pénurie de personnel ce qui met en lumière les questions d'immigration et la nécessité pour les pays de trouver des solutions pour retenir et continuer à former le personnel existant ainsi que pour remotiver le personnel ayant quitté le système de santé" a souligné Judith Oulton, Présidente du Conseil International des Infirmières.

La conférence a pour la première fois réuni des membres du Conseil International des Infirmières, de la Fédération Internationale des Pharmaciens et de l'Association Médicale Mondiale et fourni ainsi une plateforme innovante pour une collaboration interprofessionnelle et internationale sur les questions sanitaires.