L'AMM demande aux médecins une plus grande implication dans la préparation des urgences sanitaires.


L'Association Médicale Mondiale a de nouveau exprimé ses graves inquiétudes quant à la capacité du monde à réagir face à une nouvelle percée du SRAS ou d'une urgence sanitaire similaire.

Lors de la réunion du Conseil de l'AMM à Divonne les Bains en France, la délégation mondiale des médecins a instamment prié les gouvernements de constituer une équipe de médecins prête à monter en première ligne de manière plus efficace, dans le cadre d'un système d'alerte précoce. '

A la lumière de la récente apparition du SRAS, le Conseil de l'AMM a approuvé une résolution pour renforcer la détection précoce et les mesures de vigilance. Il a notamment demandé que les médecins dans le monde entier, y compris ceux de Taiwan, aient un accès illimité aux programmes et informations de l'OMS sur les urgences sanitaires.

La résolution s'appuie sur un document de discussion collectif établi récemment par l'AMM et l'Association Médicale Canadienne qui a tiré les leçons des cas de SRAS au Canada l'année dernière.

Dr. Henry Haddad, le délégué canadien au Conseil de l'AMM, a proposé un accord de partenariat stratégique entre l'AMM et l'OMS pour éviter de devoir tirer à nouveau la sonnette d'alarme.

Dr. Yoram Blachar, Président du Conseil de l'AMM, a déclaré que la communauté internationale doit constamment rester en alerte face aux menaces d'apparition de nouvelles maladies et être prête à réagir avec une stratégie mondiale. Il a également demandé aux médecins du monde entier d'être vigilants face à la survenue de maladies et de décès inexpliqués au sein de leur communauté.

"Nous ne pouvons plus compter sur les océans pour nous protéger contre la propagation du SRAS, les virus n'ayant pas besoin de visas".

La résolution demande aux médecins et aux associations médicales nationales de participer à la création et à la mise en place de protocoles de préparation et de réponse aux désastres.