Déclaration de l'AMM sur la Promotion Sanitaire


Adoptée par la 47e Assemblée générale Bali (Indonésie), Septembre 1995

  1. Les médecins et les associations professionnelles ont le devoir éthique et la responsabilité professionnelle d'agir, à tous moments, dans le meilleur intérêt du patient et d'intégrer à cette responsabilité un intérêt et un engagement accrus en vue de promouvoir et de garantir la santé publique.
  2. Traditionnellement, les services de santé publique à tous les niveaux de gouvernement et les associations de médecins indépendants engagées dans la santé publique ont notamment pour rôle d'offrir une variété de programmes et d'activités portant sur les besoins de la population et la capacité à mener ce rôle efficacement. Ils ont pour rôle essentiel de déterminer les besoins de la communauté et d'allouer les ressources nécessaires, de développer les politiques sanitaires répondant aux besoins de santé particuliers tant communautaires que nationaux, et de garantir que les conditions qui contribuent à assurer une bonne santé, y compris les services médicaux de qualité supérieure, l'approvisionnement en eau potable, une bonne alimentation, une atmosphère et un environnement non pollués qui offrent des possibilités d'activités physiques et récréatives, soient mises à la disposition de chacun.
  3. La nature des programmes et des activités menés dans une juridiction donnée sera fonction des problèmes et des besoins identifiés, de l'organisation du système de prestation des soins et des ressources disponibles pour répondre à ces besoins. Les activités des services de santé publique consistent notamment à:
    1. contrôler et protéger la santé des communautés contre les maladies transmissibles et l'exposition aux polluants toxiques pour l'environnement, aux risques professionnels, aux produits nocifs et à des services de santé de qualité médiocre. Il faut pour cela fixer des priorités, établir des programmes de première nécessité, se procurer les ressources nécessaires et garantir l'accès aux services de laboratoires de santé publique obligatoires;
    2. identifier les cas de maladies infectieuses, de maladies chroniques et de violences et voies de fait, et établir des programmes de contrôle ou de prévention appropriés;
    3. collaborer avec les fournisseurs de soins de santé pour informer et éduquer le grand public sur la prévention et le contrôle de la maladie, l'adoption d'un style de vie sain et l'utilisation des services médicaux appropriés;
    4. fournir des services d'animation, de contrôle, de prévention et de soins curatifs aux personnes ne recevant pas de prestations du secteur privé;
    5. lancer et expérimenter de nouveaux modes de prévention et de contrôle de santé publique; et
    6. collaborer avec les autorités publiques responsables pour créer un environnement où il est facile d'adopter un comportement sain.
  4. Les services de santé publique bénéficient largement du soutien et de l'étroite collaboration des médecins et de leur association professionnelle. La santé d'une communauté ou nation se mesure à la santé des personnes qui composent cette communauté ou nation, et les problèmes médicaux ou de santé d'une seule personne, même prévisibles, ont des répercussions sur la santé et les ressources de l'ensemble de la communauté. L'efficacité des programmes pour l'amélioration de la santé publique dépend donc de la collaboration active des médecins et de leur association professionnelle avec les services de santé publique.
  5. Un exemple de bonne collaboration entre le secteur privé et le secteur public est celui de l'information publique et des programmes d'éducation visant à promouvoir un style de vie sain et à réduire les risques prévisibles, notamment ceux liés à la consommation d'alcool, de tabac et autres drogues; à des activités sexuelles qui augmentent le risque de transmission du VIH et à des maladies sexuellement transmissibles; à un régime alimentaire déséquilibré et à l'inactivité physique; et à une insuffisance de vaccination chez l'enfant. Dans de nombreux pays, l'éducation sanitaire, grâce à la promotion de l'allaitement maternel et de l'information aux parents des risques de malnutrition et de contamination de l'eau, constitue un moyen de réduire la morbidité et la mortalité infantiles.
  6. Les autres types d'activité, tels que la surveillance médicale, les enquêtes et le contrôle, constituent l'essentiel des responsabilités dont sont expressément chargés les services de santé publique. Cependant, pour être bien menées, ces activités ont besoin du soutien et de la coopération active des médecins au niveau de la communauté qui connaissent la typologie des maladies particulières et communautaires et qui peuvent avertissent rapidement les autorités sanitaires des problèmes nécessitant des recherches ou des décisions. Ces problèmes peuvent porter sur l'identification des populations à hauts risques dans les cas de maladies comme la tuberculose, par exemple; sur la signalisation de cas de maladies contagieuses comme la rougeole, la coqueluche ou certaines causes infectieuses de diarrhées; la signalisation de cas présumés d'empoisonnement alimentaire ou la découverte de plomb ou autres produits ou substances chimiques toxiques au sein de la communauté ou sur le lieu de travail. Cependant, seule une réponse appropriée et satisfaisante de la santé publique à l'information fournie permettra de renforcer la communication et la coopération.
  7. Même s'il existe dans une juridiction des programmes efficaces de santé publique, les associations médicales professionnelles ont l'importante responsabilité de déterminer les besoins de santé communautaires et nationaux qui ne sont pas satisfaits et de promouvoir les activités, les programmes et les ressources nécessaires à la satisfaction de ces besoins. Il faudrait faire porter ces efforts à l'enseignement public pour la promotion sanitaire et la prévention médicale; à la détection et au contrôle des risques pour l'environnement; à l'identification et à la publication des effets préjudiciables pour la santé des problèmes sociaux tels que la violence interpersonnelle ou les pratiques sociales qui touchent la santé de toute une population; et à l'identification et promotion des services, tels ceux chargés d'améliorer la planification préalable des secours d'urgence.
  8. Concernant les juridictions ou les domaines pour lesquels les services de santé de base sont insuffisants, les associations médicales doivent, en collaboration avec les autres services et groupes de santé, établir des priorités de défense et d'action. Par exemple, dans un pays ou une région aux ressources limitées n'offrant ni eau potable ni réseau d'assainissement à la plupart de ses habitants, la solution de ces problèmes aura priorité sur l'accroissement de ressources dans le but d'acquérir de nouveaux moyens technologiques qui ne profiteraient qu'à un petit nombre.
  9. Certains problèmes de santé sont extrêmement complexes et comportent plusieurs niveaux de réponses. Par exemple, les familles d'enfants dont le diagnostic fait apparaître un taux élevé de plomb dans le sang ont souvent besoin d'aide pour connaître les services médicaux appropriés, déterminer la source de la contamination et recevoir les soins appropriés pour éliminer le danger. D'autres sont préoccupants en raison des retombées économiques des mesures qui cherchent à promouvoir la santé publique. Par exemple, l'impact économique potentiel de la politique de contrôle du tabac dans un domaine qui tire d'importants revenus de la culture ou de la transformation du tabac crée une forte opposition aux programmes de défense de la santé publique. Cependant, la politique économique ne doit pas empêcher l'élaboration de programmes de lutte contre l'utilisation des produits du tabac. La promotion du tabac sous toutes ses formes devrait faire l'objet d'une opposition vigoureuse. Tous les efforts devraient être faits pour réduire les effets du tabac dans les pays en développement.
  10. L'Association Médicale Mondiale adopte la présente déclaration dont le but est de servir de guide aux associations nationales membres pour qui le rôle des médecins et des organisations professionnelles dans leur juridiction est de prendre part aux responsabilités de la santé publique et à la défense de la promotion sanitaire.