Résolution de l'AMM sur les Thérapies Non Prouvées et le Virus Ebola


Adoptée par la 65ème Assemblée Générale de l'AMM, Durban, Afrique du Sud, octobre 2014

Dans le cas du virus Ebola, l’AMM soutient fermement l’intention du paragraphe 37 de la Déclaration d’Helsinki révisée en 2013, à savoir :

Dans le cadre du traitement d’un patient, faute d’interventions avérées ou faute d’efficacité de ces interventions, le médecin, après avoir sollicité les conseils d’experts et avec le consentement éclairé du patient ou de son représentant légal, peut recourir à une intervention non avérée si, selon son appréciation professionnelle, elle offre une chance de sauver la vie, rétablir la santé ou alléger les souffrances du patient.  Cette intervention devrait faire l’objet d’une recherche pour en évaluer la sécurité et l’efficacité. Dans tous les cas, les nouvelles informations doivent être enregistrées et, le cas échéant, rendues publiques.