Résolution du Conseil de l'AMM sur le Don d'Organes en Chine


Adoptée par la 174e Session du Conseil de l'AMM, Pilanesberg, Afrique du Sud, octobre 2006
et réaffirmée par la 203e Session du Conseil de l'AMM, Buenos Aires, Argentine, Avril 2016 

Considérant que la Prise de position de l'AMM sur le don et la transplantation d'organes et de tissus humains souligne l'importance d'un choix libre et éclairé sur le don d'organes et

Considérant que la prise de position stipule explicitement que les prisonniers et les autres personnes en détention ne sont pas en mesure de donner un consentement libre et que dans ces conditions leurs organes ne doivent pas utilisés à des fins de transplantation et

Considérant que des rapports font mention de prisonniers chinois exécutés sur lesquels on prélève les organes à des fins de don,

Dans ces conditions, l'AMM réitère sa position selon laquelle le don d'organes ne peut s'effectuer qu'avec le consentement libre et informé du donneur potentiel.

L'AMM exige que l'Association Médical Chinoise condamne toute pratique qui viole ces principes éthiques et les droits de l'homme fondamentaux et qu'elle s'assure que les médecins chinois ne sont pas impliqués dans le prélèvement ou la transplantation d'organes issus de prisonniers chinois exécutés.

L'AMM exige que la Chine cesse immédiatement d'utiliser des prisonniers comme donneurs d'organes.