Déclaration de l'AMM sur la Surveillance des Soins à Domicile, la Télémédecine et l'Ethique Médicale


Adoptée par la 44e Assemblée Médicale Mondiale Marbella, Espagne, Septembre 1992
et supprimée à l'Assemblée générale de l'AMM, Pilanesberg, Afrique du Sud, octobre 2006

Les technologies et thérapies médicales modernes ont rendu possibles le traitement et le contrôle (mais non la guérison) de bon nombre de maladies qui, selon toute probabilité, s'avèrent être mortelles. Cet essor mondial de la médecine a, en revanche, eu pour résultat de précipiter la croissance démographique de malades de tous âges souffrant de maladies chroniques ou d'infirmités. Le problème de la communauté médicale internationale est alors de connaître la meilleure façon de faire face à cette population de patients qui, outre la dispensation de soins, nécessite le développement de technologies nouvelles et de réseaux médico-sociaux.

L'objectif des soins de santé est alors de contrôler l'évolution de la maladie et d'aider le patient à sauvegarder son indépendance et de lui garantir le plus grand champ d'action possible en société comme à son domicile.

La prestation des soins médicaux comprend, outre le diagnostic et le traitement médical, l'apprentissage du patient à se soigner par lui-même et à prolonger la surveillance médicale.

En effet, le patient doit se familiariser avec un nombre multiple de tâches qui relèvent de la compétence médicale et qui jusqu'ici étaient confiées exclusivement à un personnel médical qualifié. Ces dernières pouvant aller du contrôle, pour la personne diabétique, du taux de glucose dans le sang, deux à quatre fois par jour, afin de régler le dosage de l'insuline, à l'utilisation pour le patient doté d'un stimulateur cardiaque, de l'appareillage permettant d'envoyer un électrocardiogramme par transmission téléphonique au cabinet du médecin ou à un centre de surveillance situé à distance.

Désormais, grâce aux technologies de la communication, le médecin dispose de nouveaux modes de recueil de données et de gestion à distance des besoins médicaux des patients. Ainsi peut-on communiquer par voie téléphonique les informations médicales les plus diverses, dont notamment les électrocardiogrammes, les encéphalogrammes, les radiographies, photographies ou documents médicaux de toutes sortes. Ces informations, adressées à un centre médical important depuis le lieu de résidence du patient ou depuis le cabinet du médecin, peuvent être communiquées pour recevoir une interprétation, mais aussi un conseil ou un traitement. La rapidité de ces échanges d'information est telle qu'elle permet au patient de ne pas renoncer à son domicile et à la vie en société tout en bénéficiant d'une prestation de soins médicaux avancés.

L'Association Médicale Mondiale est convaincue de ce que la télémédecine jouera à l'avenir dans l'exercice de la profession médicale un rôle qui ne cessera de croître.

L'installation d'un système de télésurveillance doit tenir compte de ce qui suit:

  • Le centre de télémédecine doit pouvoir recevoir et répondre aux appels provenant des divers systèmes de biotélévigilance.
  • Il est nécessaire d'avoir un système interactif, tel un "système d'interphone" qui permette le dialogue et les interventions.
  • Le réseau de télémédecine doit relier le domicile du patient au centre médical le plus perfectionné.

La mise en application du système de télésurveillance comprend:

  1. L'utilisation, pour concertation visuelle et coopération à distance entre médecins, de systèmes de communication (lignes téléphoniques, canaux de télévision, satellites) reliant des établissements médicaux de haut niveau aux dispositifs installés:
    1. dans les centres plus modestes
    2. chez les particuliers
    3. dans les résidences post-hospitalières
    4. à des endroits géographiquement isolés, éloignés et/ou difficilement accessibles en cas d'urgence.
  2. La transmission à distance:
    1. de documents: électrocardiogrammes, encéphalogrammes, échographies, photographies, radiographies, scanners, bilans de biologie clinique, images de résonance magnétique, dossier du patient, etc.
    2. de la description des symptômes
    3. de conseils thérapeutiques médico-chirurgicaux
  3. L'aide aux soins à domicile (Réseau de Biotélévigilance): surveillance en cardiologie, obstétrique, dialyse rénale, détresse respiratoire, grands handicaps physiques, etc. L'Association Médicale Mondiale est consciente du fait qu'il existe, outre les difficultés technologiques mises en cause par le développement et la mise en application des systèmes de télémédecine, de nombreux problèmes éthiques et juridiques soulevés par ces nouvelles pratiques. Par conséquent, l'Association Médicale Mondiale recommande aux médecins qui souhaiteraient créer un réseau/système dynamique de télémédecine de suivre les directives suivantes qui leur serviront d'éléments moteurs.
    1. Le médecin doit veiller à ce que le patient (ou la famille) soit bien informé et en pleine possession de ses capacités mentales avant de procéder à l'installation d'un système de télémédecine. En effet, un système reposant sur une information transmise par le patient ou sa famille perd de sa fiabilité si le patient n'est pas à même de comprendre la signification des examens ou l'importance qu'il y a de les mener à terme. La bonne volonté dont fait preuve le patient, tant sur le plan psychologique que physique, est essentielle.
    2. Il doit exister un climat de confiance et d'étroite collaboration entre le patient et le médecin qui a la charge des soins. Les organismes qui offrent un service de télémédecine se doivent de respecter le droit du patient à la liberté de choisir son médecin traitant.
    3. Il est essentiel que, pour assurer des soins de qualité, personnalisés et humains, il existe également une étroite collaboration entre le médecin traitant et les membres du personnel du centre de télémédecine.
    4. La confidentialité de tous les éléments du dossier du patient doit être garantie. L'accès à ces documents doit être soumis à un contrôle strict. Des sauvegardes technologiques et des sanctions légales importantes en cas de violation du secret doivent être prévues.
    5. Le contrôle de la qualité de l'équipement utilisé et des informations transmises est essentiel pour la garantie de soins efficaces. Une stricte surveillance des systèmes de réglage et de maintenance des équipements est nécessaire pour la sécurité du patient.