Prise de Position de l'AMM sur le Traitement Pharmacologique de la Tuberculose


Adoptée par la 49ème Assemblée générale Hambourg (Allemagne), Novembre 1997
et supprimée à l'Assemblée générale de l'AMM, Pilanesberg, Afrique du Sud, octobre 2006

PREAMBULE

En dépit des progrès réalisés en matière de traitement thérapeutique, la tuberculose (TB) est une cause de morbidité et de mortalité croissantes dans le monde. Selon les dernières estimations de l'Organisation mondiale de la Santé, elle provoquerait la mort de quelques 30 millions de personnes au cours des dix prochaines années. Alors que certains cas de TB ne sont pas diagnostiqués, d'autres ne sont pas traités efficacement. Il s'agit, entre autres, d'erreurs de prescription au niveau des médecins et d'un non-respect de la prescription médicale au niveau des patients. La TB constitue également une forte menace pour les personnes porteuses du VIH et une cause de mortalité courante en augmentation chez les personnes atteintes du SIDA.

En outre, il est de plus en plus probable que ces facteurs favorisent l'apparition de souches résistant au traitement de la M. Tuberculosis. Dans certaines communautés "fermées", par exemple au sein des prisons, et chez certains groupes de patients hospitalisés, tels que des séropositifs, la plupart des nouveaux patients atteints de l'infection présentent des souches résistantes à plusieurs médicaments.

RESOLUTION

Par conséquent, l'Association Médicale Mondiale, conformément avec sa Prise de position sur la résistance aux substances antimicrobiennes (Doc. 10.120), invite ses associations nationales membres à soutenir les projets de l'Organisation mondiale de la Santé de "Traitement rapide en observation directe (DOTS)" et de "Traitement strictement contrôlé" ainsi que tous autres travaux visant à promouvoir un traitement plus efficace de la tuberculose.