Résolution de l'AMM sur la prestation des services de soins de santé en Afghanistan


Adoptée par la 53e Assemblée générale de l'AMM, Washington, Octobre 2002
et supprimée à l'Assemblée générale de l'AMM, Bangkok, Thaïland, Octobre 2012 

Considérant que

  1. l'Afghanistan est un des pays les plus pauvres du monde et qu'au sein de sa population des milliers de personnes vivent au-dessous du seuil de pauvreté. Avant le début de la "guerre contre le terrorisme" des dizaines de milliers de personnes étaient contraints à la famine. De plus, la guerre a coupé les voies de communication et de transport, augmentant, ce faisant, le risque de famine, en particulier dans les communautés rurales ;

Considérant que

  1. les risques de santé augmentent avec la pauvreté, la famine, les désordres civils et les actions militaires. Les services de soins de santé en Afghanistan pâtissent, depuis plus d'une décennie, de sérieuses négligences. Les femmes ont été exclues de l'éducation, y compris de l'éducation supérieure et de la formation aux professions de santé. Les écoles de médecine et les autres établissements de formation de travailleurs sanitaires ont été détruites, les éducateurs ont disparu, ne laissant aucune ressource pour former de nouveaux travailleurs de santé et pour actualiser les connaissances ou reformer ceux qui avaient vu leur autorisation d'exercer refusée pendant de longues périodes de temps ;

Considérant que

  1. certains travailleurs de santé afghans qui avaient quitté l'Afghanistan sous l'ancien régime souhaiteraient actuellement retourner chez eux, au moins pour de courtes périodes de temps et si leur sécurité peut être garantie, pour contribuer au développement durable des services de soins de santé ;

Considérant que

  1. la communauté internationale engage des ressources considérables à la reconstruction des infrastructures afghanes ;

Par conséquent,

  1. l'AMM invite les gouvernements nationaux et les agences internationales à s'engager à financer la reconstruction des systèmes d'éducation et de formation pour les travailleurs de santé afin de permettre aux infirmières, aux médecins afghans et autres de retourner fournir des soins de santé à la population afghane;
  2. l'AMM invite les gouvernements nationaux à permettre aux réfugiés afghans de leur pays qui jouissent du statut de réfugié, ou l'équivalent, de retourner en Afghanistan pour une courte période de temps pour prendre part aux programmes de reconstruction sans compromettre leur statut de réfugié.