Champ d'exercice/Transfert des tâches


La pénurie actuelle des professionnels de santé dans beaucoup de pays du monde provoque une migration majeure des professionnels de santé généralement des pays pauvres vers les pays riches. Selon le rapport mondial sur la santé 2006, plusieurs pays riches dans le monde comptent largement sur les médecins en provenance d’autres pays. Le rapport prend comme exemple la situation dans des pays comme la Nouvelle  Zélande ou la Grande Bretagne où un tiers des médecins en activité viennent de l’étranger, aux Etats Unis ou au Canada ce chiffre est d’un quart. Par ailleurs, certains pays africains comme l’Afrique du Sud, le Ghana ou l’Angola ont perdu 20 à 35% de leurs médecins.

En conséquence, certains des pays les plus pauvres se retrouvent quasiment sans médecins. Alors que dans les pays riches, il y a un médecin pour 500 habitants, en Afrique le ratio est de 1 pour  50.000 (Malawi). Selon l’OMS, 57 pays, la plupart en Afrique subsaharienne mais aussi au Bangladesh, en Inde et en  Indonésie, sont confrontés à de graves pénuries de main d’œuvre dans le secteur de la santé. 

Les pays riches font aussi face à une pénurie de professionnels de santé, en particulier de médecins. Souvent, ces pays réagissent en attribuant des tâches normalement assurées par les médecins à d’autres professionnels de santé. L’autorisation de prescription peut être donnée à des pharmaciens et des endoscopies réalisées par des infirmières. Dans d’autres cas, pour répondre aux besoins économiques, on a tendance à tout simplement donner le titre de « médecin » à d’autres professionnels de santé. La modification du champ d’exercice se traduit de manière différente d’un pays à l’autre. Dans certains pays, la tendance est de réaliser de manière autonome des tâches autrefois accomplies par des médecins, dans d’autres pays, la tendance est plus à la délégation. Quel que soit le système en place, la priorité doit être donnée à la qualité de soins pour tous les patients.

En réponse à la pénurie, l’OMS a élaboré des Global Recommendations and Guidelines on task Shifting, approuvées par les ministres de la santé africains lors d’une conférence à   Addis Ababa début  2008. Le transfert des tâches se définit comme le fait que des tâches normalement assurées par des professionnels de santé sont effectuées par des non professionnel de santé  afin de faire face à la pénurie de personnel qualifié.

L’Alliance Mondiale des Professions de santé - un partenariat de gouvernements, de sociétés civiles, d’agences internationales, d’institutions, de chercheurs, d’éducateurs et d’associations professionnelles dont l’AMM -  a publié la Déclaration de Kampala et un plan d’action mondial sur le transfert des tâches en mars 2008. En préalable de cette déclaration, l’Alliance Mondiale des Professions de santé conjointement à la Fédération Mondiale des Physiothérapeutes et la Confédération Internationale des Sages-femmes a établi 12 principes directeurs pour un transfert des tâches réussi.

En mars 2009, l’Association Médicale Mondiale a  invité les responsables des médecins et ceux des autres professions de santé à un séminaire "Ressources humaines pour la santé et l’avenir des soins médicaux" à Reykjavik (Islande) avec pour objectif un échange d’expérience sur le champ d’exercice  et le transfert des tâches en tant que réponse à la crise de la main d’œuvre dans le secteur de la santé.  

L'AMM, avec l'Alliance mondiale des professionnels de santé ainsi que la Confédération mondiales des physiothérapeutes, ont organisé la 1ère Conférence mondiale des professionnels de santé sur la réglementation en matière de santé en mai 2008 à Genève. La Conférence a exploré la réglementation des systèmes de santé avec une attention particulière sur les transferts de tâches ainsi que les conflits de compétences. Une seconde conférence s'est tenue les 18-19 février 2010 à Genève.

Politiques et actions actuelles de l’AMM

Liens utiles