Maladies transmissibles


IL y a 50 ans, nombreux étaient ceux qui pensaient que l’on parviendrait à traiter les infections – au moins les infections bactériennes – et ils se trompaient. L’apparition du VIH/SIDA, la haute densité de circulation, les changements climatiques et la résistance rapide que développent les microbes constituent une nouvelle menace en matière de maladies infectieuses.

Même si les médicaments anti-tuberculiniques existent et si l’on sait traiter la tuberculose et la tuberculose pharmaco-résistante, il y a encore des millions de gens qui meurent de la TB chaque année. De même la malaria et le VIH/SIDA se sont à nouveau développés pour devenir des tueurs de masse qui frappent très durement les populations des pays pauvres.

L’apparition du SRAS en 2002 a bien montré que les déplacements intensifs d’un continent à l’autre n’étaient pas uniquement synonymes d’une plus grande liberté de mouvement. De dangereuses infections voyagent avec nous et les pandémies peuvent se déclarer en quelques jours. Autrefois une pandémie demandait des mois, aujourd’hui elle surgit à une telle vitesse qu’il faut prévoir auparavant des mesures pour l’endiguer.

L’Association Médicale Mondiale a donc demandé à ses membres de diriger les préparatifs nationaux pour faire face à une pandémie. Dans le cadre de l’Initiative des Médecins Exemplaires dans le Monde, trois conférences – à Prague, Tokyo et sur Amelia Island en Floride – se sont tenues en 2005 et 2006 pour discuter de la nécessité de se préparer aux pandémies et encourager les préparatifs. La récente apparition de la nouvelle grippe A/H1N1 a montré que de nombreux pays avaient mis en place des préparatifs ce qui a permis une réponse adéquate pour faire face à la propagation rapide de ce virus.

En 1996, l’AMM a publié une première version de sa politique sur la résistance des microbes. Cette politique indiquait qu’en l’absence de mesures appropriées, la résistance des microbes deviendrait un problème majeur pour la médecine. Cet appel à agir n’a pas été entendu – à quelques exceptions près aucune action n’a été entreprise et les pires prédictions sur la résistance des microbes se sont avérées exactes. La résistance des microbes est aujourd’hui l’une des plus fréquentes raisons de décès consécutif à une infection alors que l’on aurait pu l’éviter. Avec la coopération du Center for the Study of International Medical Policies and Practices – CSIMPP- , George-Mason-University, Fairfax, Virginie et de l’International Society for Microbial Resistance, l’Association Médicale Mondiale a actualisé sa politique en 2008. Il faut cependant agir d’urgence.

Politiques actuelles de l’AMM

Politique apparentée de l’AMM

Ressources pédagogiques de l’AMM

Action collective avec le Conseil International des Infirmières et la Fédération Internationale des Hôpitaux dans la MDR-TB Alliance
- Formation: former les formateurs (sur invitation)
- Contrôle de l’infecti (sur invitation)