Déclaration de Tokyo


Directives, à l'intention des médecins, sur la torture et les autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants en relation avec la détention et l'emprisonnement

Les médecins sont au service des patients dans tous les domaines de leur vie afin de les soigner, de soulager leurs souffrances ou de leur procurer du confort. L'Association Médicale Mondiale a été fondée en septembre 1947 quelques jours seulement après le procès de Nuremberg qui a condamné l'Allemagne nazi pour le mépris de la médecine dans les camps de concentration et ses pratiques d'euthanasie. La médecine a été trahie de nombreuses fois et continue de l'être dans le monde.

Même s'il existe une frontière bien nette entre la médecine à la personne et la trahison de la médecine, en raison de problèmes quotidiens, il peut s'avérer extrêmement difficile pour les médecins de respecter cette frontière, notamment lorsque l'Etat a recours ou tolère la torture ou les traitements dégradants. La participation des médecins peut parfois même avoir une bonne intention mais en fin de compte elle ne fait que rendre plus acceptable voir même possible un traitement inhumain ou dégradant. Une telle participation détruit totalement la confiance dans la médecine lorsque les médecins deviennent complices de telles procédures.

Ne pas être impliqué peut ne pas suffire. Les médecins dans le monde vont voir, diagnostiquent et traitent les victimes de la torture. Le Protocole d'Istanbul publié par les NU est un manuel pour les médecins et les autres professionnels de santé les aidant à identifier, diagnostiquer et traiter ou rééduquer les victimes de la torture. L'AMM et plusieurs de ses membres ont coécrit le Protocole d'Istanbul et soutiennent activement sa distribution et son emploi.

Politiques et actions actuelles de l'AMM